logo facebook logo Google Plus logo Twitter

Grain Léon Albert

Frère de Louis, Léon Albert GRAIN est né le vendredi 26 décembre 1879 à Villers-Guislain (Nord). Il est le fils légitime de Louis GRAIN, domestique âgé de 19 ans et Joséphine VELU, âgé de 17 ans. En 1906, Léon est tisseur et vit Rue du Catelet à Villers-Guislain en compagnie de son épouse Angéle BERCHON et de leur fille Lucie.

extrait de la fiche matricule de Léon Albert GRAIN
Extrait de sa fiche matricule.
(cliquez pour agrandir)

La mobilisation d'août 1914

Léon est rappelé à l’activité par le décret de Mobilisation Générale du 1er août 1914. Il est intégré à la 7e compagnie du 3e Régiment d'Infanterie Territoriale. En 1914, Les régiments d’infanterie territoriale (R.I.T), sont essentiellement constitués de citoyens anciens nés entre 1875 et 1880. Ils sont surtout assignés à des missions plus statiques, moins exposées: gares, nœuds ferroviaires, ponts, entrepôts, places fortes, etc. Léon cantonne à Hautmont avec les hommes de sa compagnie sous les ordres du Capitaine LITTOYE.

extrait de la fiche matricule de Léon Albert GRAIN
Extrait de sa fiche matricule.
(cliquez pour agrandir)

Le siège de Maubeuge

Le 2 septembre 1914, le bombardement continu sur les ouvrages du secteur attaqué : Bersillies, la Salemagne, le Fagnet et Boussois. Les ouvrages de Rocq et de Cerfontaine continuent à être bombardés à une cadence régulière. Aux batteries de Rocq, artilleurs des 1e et 3e régiments à pied et fantassins du 1er territorial opposent une belle résistance.


On brûle les drapeaux...

Le Gouverneur fait rassembler les drapeaux de la garnison. Ils sont au nombre de neuf, ce sont ceux des 145e et 345e d'infanterie, des 31e et 32e colonial, des 1er, 2e, 3e (celui de Léon albert GRAIN) et 4e territorial et enfin celui du 1er régiment d'artillerie à pied. Les drapeaux de la garnison sont brûlés le lendemain dans le jardin du Pavillon, près de la Caserne Joyeuse, en présence d'un piquet de marsouins qui rend les honneurs. Le capitaine Prévost commande la cérémonie qui émotionne fortement les assistants.

La caserne Joyeuse à Maubeuge avant la Première Guerre Mondiale
La Caserne Joyeuse à Maubeuge
(cliquez pour agrandir)

La chute de Maubeuge

Léon Albert est fait prisonnier le 8 septembre à 1914 à Maubeuge et envoyé à Chemnitz, un camp de prisonniers de Chemnitz situé en Saxe, entre Dresde et Zwickau, au Sud-est de Leipzig. Pour rappel, 46000 soldats français ont été fait prisonniers à la suite de la chute de la ville Maubeuge.

Le camp de prisonniers de Chemnitz sur une carte postale
Le camp de Chemnitz
(cliquez pour agrandir)

Léon Albert est libéré le 10 décembre 1918.

Dernière modification effectuée le 19/07/2016