Alfred VANESSE

Alfred VANESSE est né à Denain (Nord) le 19 janvier 1880, fils légitime d'Alfred VANESSE et de Marie Louise HAUSSIN. L'enfant est déclaré deux jours plus tard par son père, en présence d'Alexis COLLOT et de Florimond MONTUELLE. En 1906, le recensement nous apprend qu'Alfred vit Rue de Neuville à Lourches (Nord), en compagnie de Célina CARIN, la belle-sœur de mon arrière-arrière-grand-mère, qu'il a épousé le 2 décembre 1905.

Extrait du dossier de mineur à la Compagnie des Mines d'Aniche, division de Somain, d'Alfred VANESSE
Extrait du dossier de mineur d'Alfred VANESSE
(Source: Archives nationales du monde du travail)

Le parcours militaire d'Alfred (1901-1915)

Alfred fait son service militaire du 16 novembre 1901 au 28 sept 1904 en tant que soldat de 2e classe au sein du 8e Régiment d’Infanterie, et enchaine avec 2 périodes d’exercice du 22 aout au 18 sept 1907 et du 30 mai au 15 juin 1911.

Le parcours d’Alfred pendant la Première Guerre Mondiale est assez court : il est rappelé à l’activité et rejoint le 164e Régiment d’Infanterie le 2 aout 1914, et est libéré provisoirement le 19 mars 1915 en application d’une décision ministérielle. Il se retire rue de Neuville, à Lourches (Nord).

fiche matricule de Alfred VANESSE disponible aux AD du Nord
Extrait de la fiche matricule de Alfred VANESSE
(Source: Archives Départementales du Nord)

La libération de Denain et Lourches (1918)

Peut-être est-il à Denain où à Lourches, quand l’empereur Guillaume II y passe en mai 1917 ? Le chef d’Etat allemand doit rejoindre Paris pour y faire son “entrée”, accompagné d’un train de calèches et de voitures de luxe. Mais avant, il remettra, dans la cité de Jules Mousseron, des dictinctions militaires aux soldats allemands à la Croix Sainte-Marie.

Un peu plus d’un an plus tard, le 19 octobre 1918, la ville de Denain est libérée. Le Prince de Galles, le futur roi Edouard VIII et des membres de l’état-major canadien assistent à une messe donnée en l’église Saint-Martin.

Le 10 novembre 1918, le président français Raymond Poincarré est en visite dans le valenciennois libéré quelques jours plus tôt. Il passe par Saint-Amand-les-Eaux en compagnie du préfet du Nord et du général anglais Hunter Weston, commandant du 8e corps d’amée. Il se rend ensuite à Raimes, où les maisons sont pavoisées et La Marseillaise jouée. Il termine sa journée de visite à Denain où, les Allemands ayant coupé les conduites de gaz et détruit l’outillage électrique, la mairie est éclairée à la torche. Le président de la IIIe République annonce l’abdication de l’empereur Guillaume II et traverse la ville à pied avant de reprendre le train.

Sources et bibliographie