Louis Henri François TIBURCE

L'acte de naissance de Louis Henri François TIBURCE nous apprend qu'il voit le jour le 25 août 1889 à Marly, au domicile de ses parents situé sur du Quesnoy. Déclaré dès le lendemain, il est le fils légitime de Louis Victor TIBURCE et Marie Augustine DUSIN. Le 23 octobre 1920 à Valenciennes, il devient le 2e époux de Berthe DUSART, la cousine d'Henri Gustave FONTAINE (mon arrière-grand-père) et la veuve d'Augustin HANZE. Il suit la même carrière que son père en devenant commis puis préposé des Douanes.

La rue du Quesnoy à Marly sur une carte postale ancienne
La Rue du Quesnoy, à Marly
(Source: Archives Municipales de Valenciennes)

Il commence son service au sein de l'armée le 3 octobre 1910 en étant incorporé au sein du 91e Régiment d'Infanterie q'uil rejoint aussitôt en tant que soldat de 2e classe. Son service militaire se passe dans doute sans encombre car il devient soldat de 1ere classe le 6 octobre 1911 et même caporal le 13 octobre 1911. Il est mis en disponibilité le 25 septembre 1912 puis classsé afffecté spécial des douanes de Valenciennes à la gare de Blanc-Misseron à compté du 24 décembre 191 en tant que préposé des Douanes.

La carte de Blanc-Misseron sur une carte postale ancienne
La gare de Blanc-Misseron
(Source: Archives Municipales de Valenciennes)

Louis est mobilisé le 23 août 1914 au 2e Bataillon de Douaniers. C'est un bataillon qui était composé de 700 hommes et qui avait été formé à partir des brigades de la partie nord de Valenciennes. Il était composée de 3 compagnies. Surpris par l'arrivée de l'avant garde allemande à Blanc-Misseron, il livre toute une journée de combat durant laquelle une partie des effectifs est faite prisonnière et l'autre parvient à battre en retraite. Ce Bataillon fut donc dissout de facto à la fin du mois d'août 1914.

dessin d'un douanier mobilisé en 1916
Un douanier mobilisé en 1916
(Source: histoire-de-la-douane.org)

Louis et une partie de son bataillon parviennent ainsi à rejoindre Dunkerque et passent alors à la 4e Compagnie du Bataillon de Forteresse de Dunkerque à compter du 5 septembre 1914. Il passe à la 3e Compagnie du 1er Bataillon actif le 21 octobre 1914, compagnie qui fut ancien rattachée au 81e Régiment d'Infanterie au sein duquel Louis est affecté et arrive le 16 janvier 1916. Il est cité deux fois à l'ordre du régiment, le 31 mars 1917 (n°197) et le 19 septembre 1917 (n°280). Le 14 novembre 1917, il est nommé sergent fourrier, il s'agit du sous-officier chargé de l'intendance.

Quelques mois plus tard, le 9 juin 1918, il est évacué, blessé, et entre à l'hôpital auxiliaire n°119 à Pantin.

L'hôpital auxiliaire n°119 situé rue de Paris à Pantin
L'hôpital auxiliaire n°119 à Pantin
(Source: Delcampe)

Le recensement de l’année 1931 que j’ai pu consulter sur le site des Archives Départementales du Nord pour la ville de Quiévrechain précise que Louis TIBURCE y habite toujours, Rue du Caos. Le foyer est alors composé de Louis, de Berthe DUSART (son épouse), de Gilberte HANZE (une fille née en 1911 que sa femme a eu d’un premier mariage), de Louis TIBURCE (né en 1921 à Valenciennes de l’union de Louis et Berthe) et de Viviane (né en 1927 à Maulde de l’union de Louis et Berthe). Comment avant la mobilisation de l’été 1914, Louis travaille pour les Douanes Françaises au sein desquelles il est commis des douanes.

Les domiciles de Louis

Dates Adresses Sources
1886 Il nait au domicile de ses parents, rue du Quesnoy, à Marly Acte de naissance
1906 Il vit avec ses parents, rue du Quesnoy, à Marly Recensement
avant 1920 Il habite 4 rue Sevigné à Paris (IVe Arrondissement) Acte de mariage
1920 Il habite 49 rue Saint-Jacques à Valenciennes Acte de mariage
fin des années 20 Il habite 71 Grande Rue à Maulde Dossier d'ancien combattant
La GrandeRue à Maulde sur une carte postale ancienne
la Grande Rue, à Maulde
(Source: Archives Municipales de Valenciennes)
Dates Adresses Sources
10 octobre 1930 Il quitte Maulde pour aller vivre à Blanc-Misseron Dossier d'ancien combattant
23 octobre 1930 Il habite Cité Belotte à Quiévrechain Fiche matricule
1931, 1936 et 1938 Il habite 155 rue du Caos, à Quiévrechain Dossier d'ancien combattant
1939 Il habite 39 rue des Glacis, à Valenciennes Dossier d'ancien combattant

Sources et bibliographie