logo facebook logo Google Plus logo Twitter

Fontaine Henri Gustave

Henri Gustave FONTAINE, le père de mon arrière-grand-mère, est né le 24 février 1890 à Anzin (Nord). Il est le fils légitime de Henri François FONTAINE, ouvrier mineur, âgé de 32 ans et de Désirée BAR, âgée de 26 ans. En 1906, Henri est journalier. Il vit Rue Kléber à Anzin avec ses parents et ses frères et soeurs: Virginie, Désirée, Gustave, Marie et Léonie.

La Rue Kléber à Anzin
(Source: BM de Valenciennes)

Il s'unit à Valenciennes (Nord) avec Bertha CANONNE le 3 avril 1914. Bertha est la fille légitime de Nestor CANONNE et de Marie Eugénie DUCHÊNE. Le couple aura plusieurs enfants: Henri, Madeleine (mon arrière-grand-mère, qui épousera Kleber le fils de Charles Augustin FIEVET), René, Marcel et Marie-Louise.

La famille FONTAINE
Henri Gustave, debout avec le chapeau
(Source: Archives familiales)

La mobilisation d'août 1914

Âgé de 24 ans au début du conflit, Henri Gustave devient soldat de 2e classe au sein du 91e Régiment d'Infanterie. Il est réformé le 18 août 1914 pour emphysème pulmonaire. Il s'agit d'une maladie souvent liée au tabac qui touche les alvéoles pulmonaires et détruit progressivement les poumons.


Anzin, ville occupée

Anzin, commune où est né Henri, est occupée par l'armée allemande dès le 25 août 1914, aussitôt un couvre-feu instauré.

Anzin avait la particularité d’être située dans la « zone d'étape », qui comprenait toutes les compagnies du Nord, la compagnie des mines d'Anzin reprit l'exploitation au bout de quelques semaines en partie avec du personnel réquisitionné et sous le contrôle étroit de la Bergverwaltung (section des mines de l’administration allemande). Sa production est toutefois inférieure de 30 % à celle de 1913.

L'exploitation industrielle fut par contre arrêtée : les usines de la Société des Forges furent totalement démolies, les machines et ferrailles étant récupérées au profit de l'industrie allemande ; l'usine Escaut-et-Meuse fut transformée en atelier de réparation de canons.

La ville d'Anzin est libérée le 1er novembre 1918.

La Croix D'Anzin en pendant la Première Guerre Mondiale (1914-1918) sur une carte postale ancienne
La Croix d'Anzin détruite en 1914-18
Le retour des évacués à Anzin après la guerre en 1918
Le retour des évacués en 1918
La rue Lecaillez à Anzin sur une carte postale ancienne
La rue Lecaillez
Les ruines de l'église d'Anzin après la Grande Guerre
Les ruines de l'église

Dernière modification effectuée le 19/07/2016