Le camp de prisonniers de Munster

Mise en garde: Certaines photographies portent la mention "source allemande", cela signifie qu'elles sont issues d'ouvrages ou d'archives allemandes et qu'elles ne sont donc pas très objectives.

Le camp de Munster était situé en Allemagne, dans la province de Westphalie (aujourd'hui dans le land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie) à quelques kilomètres de la frontière avec les Pays-Bas. En 1914, le commandant du dépôt de prisonniers de Munster est le Général en chef Freither VON BISSING, général de cavalerie.

Charles PETIT, membre du 1er Régiment d'Artillerie, a été fait prisonnier à Maubeuge le 7 septembre 1914, et envoyé au camp de Munster. Le 25 juillet 1916, il est évacué vers la Suisse pour tuberculose pulmonaire. Dans un rapport, il raconte que "pendant les premières six semaines, il n'y avait aucune installation pour loger les hommes, ni tentes, ni baraquements. Le nombre des prisonniers était de 24000; pour se mettre à l'abri, ils creusaient des trous dans la terre, en les couvrant tant bien que mal de mottes de gazon. Il n'y avait aucune installation de cuisine au début. La mortalité des prisonniers, à ce moment, était considérable. Les installations de baraquements n'ont été achevées que vers la fin de janvier 1915".

Prisonniers occupés à fendre du bois dans le camp de Münster pendant la Première Guerre Mondiale
Prisonniers occupés à fendre du bois
(source allemande)
La chapelle catholique du camp de Münster pendant la Grande Guerre (1914-1918)
La chapelle catholique
(source allemande)

Le camp de Munster I (dit camp de l'Haus-Spital)

Dans Westfalen in Ersten Weltkrieg, l'historien allemand Rainer PÖPPINGHEGE évalue à 20947 le nombre de soldats prisonniers dans le camp de Münster I à la fin de la Première Guerre Mondiale. Les délégués du Gouvernement Espagnol précisent que l’effectif est de 1894 prisonniers pour le camp même et 18052 répartis dans les hôpitaux et les différents détachements de travail (le 11 juin 1918). Le camp de Münster I était situé à 5 km à l'ouest de la ville.

Effectif du camp au 11 juin 1918
Nationalités Effectifs au camp
Français 799
Belges 64
Portuguais 20
Serbes 3
Russes 374
Anglais 527
Italiens 107
Total 1894

Dans la nuit du 8 au 9 octobre 1917, le Block II du camp I de Munster est incendié. Les prisonniers qui y avaient été relégués sont alors envoyés soit au camp de Senne, soit au camp II de Münster où le block III leur est attribué.

Le cimetière des prisonniers du camp de prisonniers de Münster
Vue du cimetière des prisonniers "Hausspital-Friedhof"
(Carte postale)
Une vue de l'hôpital du camp de Münster I pendant la Première Guerre Mondiale
Une vue de l'hôpital
(source allemande)
La cour de l'hôpital du camp de Münster I pendant la Grande Guerre
La cour de l'hôpital
(source allemande)
Vue du block n°1 au camp de Munster I pendant la Première Guerre Mondiale
Vue du block n°1
(Carte postale)
Vue du block n°2 au camp de Munster I pendant la Première Guerre Mondiale
Vue du block n°2
(Carte postale)
Vue du block n°3 au camp de Munster I pendant la Grande Guerre
Vue du block n°3
(Carte postale)
Vue du block n°4 au camp de Munster I pendant la Première Guerre Mondiale
Vue du block n°4
(Carte postale)

Le camp de Münster II (dit camp de Rennbahn)

Ce camp était situé à l'est de Münster, à l'emplacement d'un champ de course.

En octobre 1915, les prisonniers sont répartis dans 4 baraquements (appelés blocks). Ils forment chacun un rectangle en pleine campagne. Les dits baraquements sont décrits comme étant en planches à double cloison et éclairés à l’électricité. Les hommes disposent d’une paillasse et de deux couvertures, de lavabos ainsi que de bains-douches. Les chambres sont chauffées par des poëles. Chaque block dispose également d’une infirmerie dont le service est assuré par un infirmier français. Si un malade est gravement atteint, il est transporté dans un lazaret qui se trouve à l’extérieur du camp. Plusieurs aumôniers se trouvent à Munster II. Il y avait également un séminaire où des prêtes allemands et français des cours pour permettre à des séminaristes prisonniers, sous certaines conditions,  de continuer leurs études.

A partir du mois de mars 1917, les représentations théâtrales au camp de Münster II sont suspendues. L'Exilé (Organe des Prisonniers du camp d'Hammelburg) précise qu'elles sont remplacées par des conférences payantes (5 à 10 pfenning, pour les nécessiteux, l'entrée est gratuite). La recette est versée au fond de secours du camp.

Dans Westfalen in Ersten Weltkrieg, l'historien allemand Rainer PÖPPINGHEGE évalue à 47911 le nombre de soldats prisonniers dans le camp de Münster II à la fin de la Première Guerre Mondiale.

 

Effectif du camp au 26 juillet 1918
Nationalités Effectifs au camp
Français 2716
Belges 262
Portuguais 173
Serbes 18
Roumains 13
une représentation théâtrale au camp de Münster II
Une représentation théâtrale
(source allemande)
la fabrication de sabot par des prisonniers dans le camp de Münster II
Fabrication de sabot par les prisonniers
l'harmonie du camp de prisonniers de Rennbahn
L'harmonie du camp de Rennbahn
(Carte postale)

Le camp de Münster III (dit camp des Neue-Kasernen)

En février 1918, sur 17800 prisonniers qui dépendaient du camp III de Munster, seulement 1578 se trouvaient effectivement dans le camp. Le camp n°3 était installé dans des casernes d'infanterie non terminées et situées dans les faubourgs exterieurs de la vilel de Munster.

Des soldats de retour des corvées au camp de Münster III
Le retour des corvées
(Carte postale)
Vue sur un block du camp de prisonniers de Münster
Vue sur le block n°4
(Carte postale)
Vue sur un block du camp de prisonniers de Münster
Déménagement au block n°3
(Carte postale)

Sources

Dernière modification effectuée le 31/08/2016